Bea Nettles et la mythologie du quotidien

Lorsque l’artiste américaine Bea Nettles (1946- ) commence à créer ses œuvres photographiques à la fin des années 60, elle remet en question le concept de ce que peut représenter la photographie artistique. Repoussant les limites de la discipline, elle associe l’artisanat à la photographie, tout en créant des œuvres autobiographiques, axées sur la femme.

Bea Nettles s’inspire de sa propre vie pour aborder des thèmes liés à la mythologie, aux rêves, à la féminité, à la perte, au vieillissement et à la maternité1. À l’aide de techniques mixtes jumelées à la photographie, elle brouille avec brio les limites entre la réalité et le mythe. Alliant artisanat et techniques photographiques expérimentales, elle crée des objets photographiques dans lesquels elle présente une version onirique de sa vie.

Bea Nettles, Série de rêve... II, 1969. Épreuve à la gélatine argentique, virée, avec application de couleur.

Bea Nettles, Série de rêve... II, 1969. Épreuve à la gélatine argentique, virée, avec application de couleur, 23.2 x 50.9 cm. Musée des beaux‑arts du Canada, Ottawa © Bea Nettles. Photo: MBAC


L’autoportrait intitulé Série de rêve… II (1969) fait partie de la collection du Musée des beaux-arts du Canada. L’artiste, qui a consacré sa carrière à manipuler des photos avant l’avènement des outils numériques comme Photoshop, a eu recours à des procédés de rechange pour créer l’atmosphère surréaliste qui l’entoure, notamment l’application de couleurs sur une épreuve argentique à la gélatine.

Bea Nettles, qui a étudié la peinture2, applique souvent de la couleur à ses épreuves. Cet effet brouille les lignes entre la photographie et la peinture, ainsi que celles entre la réalité et la fiction. Dans cette œuvre, l’artiste apparaît au centre, détachée de l’arrière-plan. Ses bras s’étendent au-delà du cadre central pour se fondre dans l’arrière-plan. La combinaison de multiples images et supports permet à Nettles de créer des œuvres narratives qui racontent des histoires sur ses propres expériences, plutôt que de simplement les présenter. 

La narration est au cœur de l’œuvre de Bea Nettles. L’artiste a déclaré s’inspirer souvent de son éducation, en particulier de sa mère, qui était poète. Elle a même collaboré avec sa mère à la réalisation du livre Le chalumeau de découpage imaginaire3.

Bea Nettles, La reine de Pentacles (autoportrait), 1970. Épreuve argentique sur toile sur toile avec application de couleur, cousue, matelassée, collé sur bois dans un cadre en aluminium.

Bea Nettles, La reine de Pentacles (autoportrait), 1970. Épreuve argentique sur toile sur toile avec application de couleur, cousue, matelassée, collé sur bois dans un cadre en aluminium, 25.9 x 19.5 x 4.5 cm. Musée des beaux‑arts du Canada, Ottawa © Bea Nettles. Photo: MBAC

 

Influencée par les contes et la littérature, Bea Nettles fait appel au symbolisme et à la métaphore, tout en réutilisant des images et des idées pour créer un ensemble d’œuvres sur l’histoire de sa vie4. La collection du Musée en compte un exemple, La reine de Pentacles (1970).

La reine de Pentacles est une épreuve argentique à la gélatine sur toile, cousue et colorée à la main. Pour cet autoportrait, l’artiste s’est inspirée de la carte de tarot représentant la reine de Pentacles; elle a dit avoir été attirée par cette idée en raison de son amour des étoiles5. Cette représentation d’elle-même sera reprise dans son œuvre lorsqu’elle créera le jeu de cartes Mountain Dream Tarot, en 19756.

Le récit de Bea Nettles en tant que reine de Pentacles est empreint d’une atmosphère fantaisiste grâce à une couture soignée et à une coloration à la main. Les coutures tracent à la fois sa silhouette et celle du coussin derrière elle. En soulignant ainsi sa silhouette, l’artiste se détache de l’arrière-plan et devient le centre d’intérêt. En outre, les coutures de sa robe et de son bandeau mettent en valeur non seulement l’artiste, mais aussi les détails de sa tenue. En mettant l’accent sur elle-même et sur sa tenue dans les moindres détails, elle crée une version fantaisiste d’elle-même, se présentant ainsi comme un personnage de sa propre histoire.

Bea Nettles a soigneusement élaboré une vision mythique de sa vie. En combinant des techniques photographiques expérimentales avec l’artisanat, elle conçoit des œuvres hypnotiques qui repoussent les limites de la photographie et de la réalité.

Série de rêve… II et La reine de Pentacles, ainsi que d’autres œuvres de Bea Nettles, font partie de la collection du Musée des beaux-arts du Canada.

 

Biographie

Bea Nettles obtient une maîtrise en beaux-arts de l’Université de l’Illinois, Urbana-Champaign, en 1970. Photographe et auteure accomplie, elle publie et expose ses œuvres depuis plus de cinquante ans. En 1984, elle est retournée en Illinois pour enseigner à l’Université de l’Illinois, Urbana-Champaign, où elle est actuellement professeur émérite7.

À propos de l’auteure

Jessica O’Lear fait une maîtrise en arts visuels à l’Université d’Ottawa et est actuellement stagiaire à la Division de la photographie du Musée des beaux-arts du Canada.

 


1 Nettles, Bea, Jamie M. Allen, Olivia Lahs-Gonzales et Amy L. Powell, Bea Nettles : Harvest of Memory, publié sous la direction de Jamie M. Allen et d’Olivia Lahs-Gonzales, 1re éd., Austin, University of Texas Press, 2019, p. 16.

2 Nettles, Bea et Mary Statzer. « Bea Nettles », in The Photographic Object 1970, 1re éd., pp. 171- , University of California Press, 2016. https://doi.org/10.1525/j.ctt1963320.20.

3 Edgington, Colin. « In Dream and Soil: A Conversation with Bea Nettles. » Afterimage 44, o 5 (2017), pp. 15-19. https://doi.org/10.1525/aft.2017.44.5.15.

4 Nettles, Bea, Jamie M. Allen, Olivia Lahs-Gonzales et Amy L. Powell. Bea Nettles: Harvest of Memory, publié sous la direction de Jamie M. Allen et d’Olivia Lahs-Gonzales, 1re éd., Austin, University of Texas Press, 2019, p. 16-18.

5 Edgington, Colin. « In Dream and Soil: A Conversation with Bea Nettles. » Afterimage 44, no 5 (2017), pp. 15-19. https://doi.org/10.1525/aft.2017.44.5.15.

6 Ibid.

7 « About the Photographer. » Museum of Contemporary Photography, consulté le 20 octobre 2022. https://www.mocp.org/detail.php?type=related&kv=7504&t=people.

Partager cet article: